Top 5 des phrases à ne pas dire aux personnes stressées

Je ne promets pas des photos bien rassurantes, mais j'ai photographié mon environnement le plus proche pour ne pas perdre trop de temps, donc, forcément...
Quatre juin deux mille dix-huit, l'horloge indique dix-neuf heures. Dans treize heures, je serai dans un bureau, face à une personne que je ne connais ni d'Adam ni d’Ève pour lui recracher l'équivalent de deux ans de cours intenses et intensifs d'Anglais. Est-ce qu'écrire un article maintenant est la meilleure idée que j'ai pu avoir ? Probablement pas, mais ce serait dommage de s'arrêter en si bon chemin... J'ai décidé de conjurer le mauvais-sort infligé à la grande stressée que je suis en te faisant un Top 5 des phrases à ne pas dire à une personne angoissée. Crois-moi, j'ai de l'expérience à ce sujet, je devrais peut-être même l'ajouter à la catégorie "compétences" de mon CV...

Arrêter de stresser, ça sert à rien !
Non, vraiment ? Eh beh, tu viens de changer le cours de mon existence... Pourquoi ne me suis-je donc pas dit plus tôt qu'être angoissée allait rendre beaucoup de moments de ma vie bien plus difficiles et qu'il valait mieux que je choisisse d'être plus détendue ? Comment ai-je bien pu choisir délibérément d'aller vers le côté obscur du nœud dans la gorge et du souffle coupé ? Mais enfin, bien sûr que ça ne sert à rien de stresser ! Tu crois que je ne l'avais pas déjà remarqué, bon nigaud ? Si je pouvais arrêter, tu penses que j'aurais attendu après toi pour le faire ? Probablement pas.

Si tu respires, tu vas gérer !
Ah pardon, je n'avais pas bien compris que « Épreuve de Baccalauréat LV1 - LVO » consistait à mettre en avant mes impressionnantes capacités respiratoires. Ça tombe bien parce que je suis fortiche à ce jeu, je m'entraîne depuis un sacré bout de temps. D'autant qu'à force de suivre tous les conseils qu'on me donne, je sais respirer avec le ventre, les épaules, les pouces en avant, les genoux pliés et les pieds rentrés. Le Bac, c'est donné, de nos jours...

Oui, bon, tout le monde est stressé, t'es pas obligée de te mettre plus en avant.
Maintenant que tu le dis, ça doit effectivement être très pesant pour toi de me voir pleurer ma mère, allongée sur le carrelage dégoû-cracra d'un chaleureux couloir de lycée juste parce que je vis la même chose que tous les autres. Pauvre personne que tu es, obligée de continuer ta vie comme d'habitude, à côté de moi qui n'ai visiblement pas l'air d'aller très bien. Mais surtout, quel dommage pour moi, me voilà démasquée ! J'adore être le centre de l'attention, que tout le monde me fixe et me pose des questions pour alimenter leur curiosité mal placée pendant que j'aimerais qu'on me fiche la paix.

Les crises d'angoisse, c'est quand même une sacrée bonne excuse pour ne pas assister aux cours !
Car-ré-ment ! C'est tellement le bon plan que j'en ai été déscolarisée une année entière alors que je n'avais même pas 16 ans. Qu'il était beau d'imaginer mon futur quotidien dans lequel je me pourrais me lever tous les matins pour aller exercer un métier qui ne me plaît pas du tout. A plus court terme, je me sentais si épanouie enfermée dans ma chambre, coupée du monde, pendant que les deux seuls copains qu'ils me restaient s'éclataient comme des petits fous.

Tu peux m'apprendre ? Comme ça ma mère ne m'obligera pas à aller à l'oral de demain.
Tout est une question de bien savoir jouer la comédie. Pousse un cri dramatique, pose un poignet mollasson sur le haut de ton front, plisse les sourcils et étales-toi au ralenti sur le sol. Effet garanti !

Bon, je suis sacrément moqueuse et condescendante dans cet article, alors que les gens essaient bien souvent d'être bienveillants. Bien sûr, être une personne très stressée n'est pas simple à vivre tous les jours et peut nous poser beaucoup de barrières, mais ce n'est effectivement pas la fin du monde. Qu'importent les raisons, d'autres n'ont pas du tout accès à l'éducation et sont coincés dans un travail qui ne leur plaît pas bien avant d'avoir 16 ans. Pour autant, il est bien souvent peu utile d'essayer de nous rassurer avec ce genre de phrases ; nous les avons déjà entendues mille fois et avons-nous même cherché des tas de solutions. Faites-nous une bonne tasse de thé, ça fonctionne à tous les coups !

Effectivement, tout le monde a déjà connu des moments de stress. Ne pas l'exprimer sous forme de crise ou de symptômes visibles n'est pas la preuve que tu l'es moins que d'autres, et ce n'est pas pour autant que tu ne dois pas t'en préoccuper. Seulement, c'est sous cette forme parfois très impressionnante que mon corps tente de gérer ce trop-plein d'émotion, je n'y peux rien.

Si toi aussi tu es un petit stressé du bulbe, que tu passes des examens prochainement ou ni l'un ni l'autre :
Forever trusting who we are
No, nothing else matters
(t'as la ref' ?)
Pour être mis au courant dès la parution d'un article, tu peux me suivre sur Facebook ou Hellocoton, mais aussi sur Twitter et Instagram où je partage aussi des bribes de vie. Enfin, j'illustre parfois mes articles de podcasts que tu peux retrouver sur Soundcloud

Commentaires

  1. Oh tu fais des podcast ? J'ai raté un épisode ? La dernière fois que je t'ai lue il me semble que tu ne faisais "que" en écouter ? (ou j'ai la mémoire qui flanche ?)

    C'est clair que ce sont des phrases à ne pas dire, parce qu'elles peuvent empirer encore plus la situation. Si tu veux, je te donne mes trucs :

    1) la respiration. Tout le monde le dit, c'est parce que c'est vrai. Nos émotions sont liées à notre respiration, donc respirer par le bas des poumons, c'est bien (il y a plein d'exercices avec un nombre de secondes pour inspirer, un autre pour retenir, un autre pour expirer... il y a aussi ce qui s'appelle la "cohérence cardiaque").
    1-a) Pour mieux respirer on peut aussi ouvrir ses bras, un peu, paumes vers le haut, pour s'ouvrir, ouvrir les poumons. C'est con, mais ça fonctionne, en fait. C'est mon prof d'aïkido qui me la dit. Il m'a dit "ouvre-toi, t'es tout le temps fermée" et m'a expliqué qu'on respire mieux.
    1-b) le secret c'est de respirer "avec le ventre" et d'envoyer l'air d'abord dans le fond des poumons.

    2) la posture ! on peut habiter son bassin, baisser son centre de gravité, comme ça, ça vide la tête (le pire c'est que ça fonctionne vraiment..., même si on dirait que c'est farfelu). En aïkido on dit "les oreilles tombent sur les épaules, les épaules tombent sur les hanches, les hanches tombent dans le sol" parce que tu fléchis les jambes. Habites ton bassin, sois stable et ferme comme une montagne, mais avec les bras qui flottent en haut comme les feuilles d'un arbre (comme un chêne quoi, si tu veux).
    b) les pieds bien au sol, pour sentir le sol, et habiter le bas de son corps.

    Ne pas stresser, c'est aussi se parler de manière positive. On évite les "il faut que je sois plus ci ou plus ça" on évite les "pas". Le cerveau ne comprend pas le "pas". Si tu dis "je ne suis pas stressée" ton cerveau comprend le contraire (mais qu'il est con !...).

    Il y a aussi tout ce qui est hypnose (Benjamin Lubszynski fait ça sur YT, surtout pour le sommeil, mais il y en a sur le stress il me semble) et l'ASMR.

    Et enfin : le bleu ! Le bleu du ciel ça calme et ça donne confiance en soi ! Regarder du bleu c'est que du bon pour ça !

    Et (oui, j'avais dit "et enfin" mais en fait j'ai oublié un truc) : la posture (bis). Pas pour du long-terme, c'est plus un "truc". Y en a deux :
    1) la posture de superman ! Tu te tiens droite, fière, les mains sur les hanches, et tu inspires, et là ton cerveau va te faire te sentir bien.
    2) la position clichée du patron : affalé dans ton siège, les mains sous la tête, les pieds sur le bureau !
    En fait, c'est parce que le truc du langage corporel ça fonctionne dans les deux sens. Quand tu es stressée, agacée, intéressée, etc. ton corps le montre (en croisant les bras, par exemple) mais du coup l'inverse fonctionne. Quand t'es contente, tu souris. Ben souris quand t'es pas contente, ton cerveau va finir par se dire que si tu souris t'es contente alors il te fera être contente. Il est con...

    RépondreSupprimer
  2. Coucou !

    "Faire", c'est un grand mot ahah ! En tout cas j'ai posté une piste audio sur Soundcloud où je présente un album pour enfants. Je l'ai écrit ET enregistré, pas mal de personnes avaient l'air de dire sur Twitter qu'elles aimaient bien ça parce qu'elles avaient peu le temps de lire les articles. En fait j'aimerais vraiment me prêter à l'exercice, parce que ce serait un sacré challenge, mais je dois y aller progressivement et puis j'ai pas énormément de temps pour essayer... :/

    1) J'ai consulté une sophrologue pendant un temps qui m'avait fait télécharger une application de cohérence cardiaque oui ! Mais j'ai l'impression que ça me calme sur le moment, pendant une crise par exemple, mais que ça m'aide pas tant à être moins stressée sur le long terme. Peut-être parce que je n'ai pas le réflexe de bien respirer de manière générale ?
    1) a) Eh mais oui c'est vrai, c'est pas bête ! La méditation m'a fait réfléchir à ça aussi. Je me suis rendue compte que le simple fait d'être bien assise, dos droit, épaules droites, tête un peu relevée, ça aide beaucoup à respirer.
    1) b) J'essaierai d'y penser alors ! Merci ! C'est vrai que j'ai entendu mille fois qu'il fallait bien respirer et ça finissait presque par m'agacer, je savais pas ce que ça voulait dire, "bien respirer" xD Avec le ventre, les épaules ou je sais pas trop d'où, j'y comprenais rien :')
    2) Merci pour tous ces tips, je les ai notés ! Je pense que c'est ce qui pêche dans ma quête de sérénité, je suis toujours mal mise, recroquevillée... Quand j'ai un coup de stresse, j'essaie de me concentrer sur mes sens. La dernière fois j'étais à la plage, je me promenais et y'avait le vide proche de moi, j'avais pas mal peur. Je marchais proche du mur et j'essayais de me concentrer sur la sensation de la roche sur les doigts de ma main, de la chaleur contre la pierre... Parce qu'avec le stresse j'ai du mal à ancrer mes pieds dans le sol... Je dois essayer tout ce que tu m'as dit, merci beaucoup !

    Pour les phrases positives, là dessus aussi je suis pas une bonne élève ahah, je me dis toujours des choses pas chouettes. La sophrologue m'avait conseillé, chaque matin, après m'être réveillée, me tenir droite, fermer les yeux et imaginer une bulle autour de moi, de la couleur que je voulais et de me dire des tas de phrases positives. Je devais les visualiser dans cette bulle. Quand j'avais fini, je devais prendre une grande inspiration et voir cette bulle se rapprocher de plus en plus de moi jusqu'à ce qu'on ne fasse plus qu'un et bien commencer la journée. C'est très imagé mais ça fonctionnait plutôt bien ! Je suis juste pas très rigoureuse là-dessus.

    C'est vrai que le bleu du ciel apaise énormément, c'est pour ça que Toulouse ne peut me faire que du bien ahah !
    1) Ahah la posture du superman, je l'adore, je la note !
    2) Ah oui ça je le fais souvent ! Autant je me sentirais trop ridicule de me forcer à rire, bien qu'apparemment ça fonctionne très bien, mais sourire quand ça ne va pas j'essaie de le faire.

    Merci pour tous ces petits tips, tu es la meilleure hihi :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi cette année je me suis dit que je voulais faire des podcasts (sous ma vraie identité) mais je ne sais pas si j'aurais le temps de le faire et puis logistiquement ça sera compliqué parce que je veux interroger des personnes partout en France. Mais "on a le temps qu'on se donne" comme on dit !

      Je pense que c'est ça, effectivement. Il faut pouvoir respirer correctement tout le temps. Si tu mets une main sur ton ventre pour t'aider ça pourrait marcher ?

      Si d'une manière générale tu stresses et tu stresses souvent, je n'ai qu'une seule solution en magasin, mais c'est une solution miraculeuse (que je te donne gratuitement, vois donc ma bonté :P) : l'aïkido. C'est magique. Moi ça me permet d'arrêter de penser et d'habiter mon corps, de faire un avec lui. Mais ça combat aussi la fatigue et le stress. C'est magique ! En plus les licences ne sont pas très chères (un peu plus de 100€ dans ma ville actuelle et un peu moins dans ma future ville) et il y a des tarifs pour les étudiants.

      Tu sais, je te dis ça, mais moi aussi je me dis des choses pas chouettes, et je me punis, et quand j'ai appris qu'il fallait pas dire "il faut que" la première pensée que j'ai eu c'est "il faut que j'arrête de dire il faut que", tu vois le malaise ? x')
      Je pense que je vais essayer ce truc de la bulle ! J'en ai tellement besoin !

      Oui, il faut aussi se forcer à rire ! mais j'ai jamais tenté. Enfin, pas besoin de se forcer : tu trouves un bon sketch sur internet !

      Je sais, je sais, on me le dit... pas assez souvent x)

      Supprimer
    2. Oui effectivement, il faut prendre le temps au lieu d'essayer de le trouver !
      ça peut fonctionner, oui. Je le fais pour m'aider à dormir donc ça peut être un bon repère à d'autres moments pour bien respirer.

      J'en ai souvent entendu parler, j'ai jamais osé sauter le pas ! J'y penserai à la rentrée !

      Ahah oui, le cerveau est contradictoire x)

      Supprimer
    3. Il faut oser ! Cette année je me suis lancée, en mode "nouvelle vie en solo, nouvelle vie tout court" j'ai sauté sur l'aïkido et je regrette pas du tout. Mais en fait mon inconscient m'a beaucoup aidé. J'ai regardé la liste des asso sportives de ma ville, j'ai vu aïkido, j'ai cherché des vidéos sur internet parce que je savais pas trop ce que c'était et j'ai réagi comme une gamine devant une catalogue de jouets : "je veux ça !" et ça m'a apporté beaucoup plus que ce pourquoi j'étais venue (même si j'y suis pas allée assez souvent mais ça c'est une autre question).

      Supprimer
    4. Avec le sport en particulier, j'ai toujours peur de me lancer. :/ C'est se mettre en avant physiquement, encaisser les échecs... Comme j'ai énormément de complexes, j'ai peur que ça me ruine le moral. Même si sur le long terme ça ne peut être que bénéfique !

      Supprimer
  3. Oh lala si tu savais !... Quand je lis ça je ne peux t'assurer qu'une chose : l'aïkido est fait pour toi !
    Je vais te dire exactement pourquoi j'ai commencé l'aïkido et pas autre chose :

    Je me coordine très mal depuis que je suis gamine (d'ailleurs un jour j'ai littéralement buggé. Le mec me dit "cette jambe, comme ça ; ce bras, ici ; avec l'autre tu fais ça ; tourne tes hanches" il y avait tellement de trucs à gérer que je suis restée plantée là sans pouvoir faire un mouvement xD Le mec l'a remarqué il a repris depuis le début "d'abord, tu fais ça avec ton bras", etc.).
    J'ai aussi pas du tout conscience de mon corps, de où est ma jambe, de comment est tourné mon pied, de mes hanches, de mon épaules, etc. Mais j'ai pas non plus conscience du corps des autres, donc quand le prof montrait ce qu'il fallait faire j'étais là à me dire dans ma tête "attends monsieur, attends, j'ai pas vu, quand t'avance ta jambe gauche, l'autre, elle est où ???". C'était pas gagné x)
    J'aime pas qu'on me touche, et je touche très peu les gens. Aujourd'hui je me suis habituée à la bise, mais je prends quand même sur moi. Or, à l'aïkido, ben t'es un petit peu obligée de toucher les gens et d'être touchée par eux. Y compris au niveau de la tête, pour certaines prises. Ca, c'est une dimension que je n'avais pas réalisée avant de commencer, mais l'aïkido m'a beaucoup aidée sur ce point aussi.
    Pendant le cours on ne pense pas. Parce qu'on habite le bas du corps, qu'on est concentré sur le cours, qu'on est pas vraiment censé discuter avec ses camarades sur le tatami et... je suis incapable de penser. Même quand j'essaye, j'y arrive pas. Les seules pensées qui me traverses sont des pensées simples (il est quelle heure ? (en fait c'est particulier, j'arrive même pas à lire l'heure, je repère juste où on est par rapport aux aiguilles mais je dois faire des efforts pour mettre des chiffres) mais aussi "putain j'ai le soleil dans les yeux"). Et ça, ça m'a fait beaucoup de bien, parce que je pense beaucoup, tout le temps. Dès que je me réveille le matin, encore quand je me couche, et parfois en pleine nuit après être revenue des toilettes. J'essaye de calmer mes pensées avec de l'ASMR par exemple mais ça me fait plus de mal que de bien parce que ça les bloque complètement, alors que pendant l'aïkido c'est pas que je les bloque : c'est que y en a pas, et ma conscience est présente, présente au moment présent (je suis quelqu'un qui se projette beaucoup dans le futur (lointain et fantasmé)) et présente à mon corps.

    Aussi il n'y a pas de stress.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Renseigne-toi auprès des clubs de Toulouse pour savoir si les profs sont pédagogues. Le mien cette année était un bijou de pédagogie, ce qui aide beaucoup ! Aussi, il n'y a pas "d'échec". En fait, le prof fait cours (c'est une constante dans tous les clubs) avec des personnes de niveau avancé (comprendre ceinture noire) et des débutants en même temps, pour que les débutants progressent plus vite, mais aussi parce que toutes les personnes ceinture noire vont te donner des clefs différentes pour t'apprendre, et compléter la pédagogie du prof.

      Il n'y a pas de notion "d'échec" parce qu'en fait ce n'est pas une compétition. D'ailleurs il n'existe pas de compétition d'aïkido parce qu'il ne peut pas y avoir de combat d'aïkido dans la mesure où précisément l'aïkido permet de mettre fin au combat avant qu'il ne commence.

      Dans mon club il n'y avait que des personnes très gentilles et encourageante. Mon prof m'a jamais dit "non c'est pas ça" il me disait "moui, c'est l'idée" (ce qui revient au même mais dit d'une façon positive xD) et corrigeait mon mouvement. En fait, l'objectif il est en toi, donc il n'y a pas de notion d'échec. Parce qu'en fait, bien faire le mouvement est évidemment important, mais même quand tu n'y arrives pas tu es bien dans ton corps parce que ton esprit et ton corps ne font qu'un.

      Même quand je n'y arrivais pas, ça ne m'a jamais ruiné le moral (mais j'ai des bloquages psychologiques qui fait que des fois, alors que je savais que c'était bon pour moi, j'y allais pas, enfin, c'est compliqué, mais je vais combattre ça à la rentrée prochaine). Et tu dis "long terme" mais en fait j'ai presque tout de suite vu des résultats ! Il y avait 3 cours par semaine mais un seul cours débutants (les autres étaient "ouverts à tous" mais j'ai jamais osé y aller). Très vite j'ai constaté un gros changement :

      En fait, je n'aime pas me mettre nue, je ne me mets nue que dans la salle de bain pour aller me laver, mais sinon quand je m'habille ou me mets en pyjama je fais toujours en sorte d'avoir une culotte encore, de mettre le haut alors que j'ai pas enlevé le bas, etc. Mais en revenant des cours, je devais aller me rincer, comme j'avais transpiré. Et je me suis rendue compte que je me mettais nue dans mon salon avant de rejoindre la salle de bain (ce qui ne m'arrive jamais : je me mets nue DANS la salle de bain. C'est un truc tout con, mais ça m'a vraiment fait prendre conscience que y avait un gros changement grâce à l'aïkido.

      Et aussi chacun avance à son rythme. Je suis pas coordonnée et je me rends pas compte de où est mon corps, je suis un gros boulet, mais le prof il s'en fiche, il me fait progresser et voilà. Et y a pas besoin de muscles non plus. C'est mieux si t'en as parce que tu peux mettre plus de puissance dans les mouvements donc battre quelqu'un de plus fort que toi, mais si tu n'en as pas ce n'est pas grave parce que en fait ça fonctionne sur le mouvement, l'équilibre, et les axes du corps : ça fait travailler tous les muscles mais si tu commences sans en avoir aucun on s'en tamponne.

      Conclusion : l'aïkido est fait pour toi ! :) Il t'apportera du calme pour lutter contre le stress et bien plus encore ! :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés